EFT, méditation et ondes cérébrales

Les ondes
Les ondes

Depuis plusieurs années, de nombreuses études et recherches sont menées sur l’effet de la méditation et de l’EFT sur le cerveau. Il se trouve que fin décembre, lors d’un stage d’une semaine alliant méditation, EFT et science, j’ai eu la chance de faire partie d’une de ces études. Initiée par Dawson Church, une référence mondiale de l’EFT et l’auteur, entre autres, de deux best sellers, Le Génie dans vos gènes et De l’esprit à la matière, cette semaine en sa compagnie fut hors du temps. À l’ouverture et à la fin du stage, nous avons tous effectué un électroencéphalogramme (EGG), afin de mesurer scientifiquement l’effet d’une semaine de méditation sur le cerveau. Judith Pennington, Donna Bach et Gary Groesbeck, des chercheurs, encadraient les mesures.

Delta, Thêta, Alpha, Bêta

Au cours de son développement cérébral, l’enfant accède successivement aux différentes ondes. Entre 0 et 2 ans, il accède aux ondes Delta. Entre 2 et 6 ans, il accède également aux ondes Thêta. C’est le moment au cours duquel l’enfant s’imprègne de son environnement, sans filtre comme une éponge , par observation et imitation. Il télécharge alors des programmes et des « virus » en fonction du comportement des personnes qu’il voit le plus (parents, maîtres/maîtresses ou nounou). L’enfant n’a pas de filtre et garde généralement peu de souvenirs de cette période. Puis vient l’âge de raison. À 7 ans, l’enfant accède aux ondes Alpha, qui lui permettent le rêve éveillé. C’est à ce moment qu’un balai peut être vu et vécu comme un cheval. Enfin, vers 12 ans, l’enfant accède aux ondes Bêta, en plus des 3 autres précitées. Il dispose enfin d’un filtre pour savoir ce qu’il aime ou non, ce qui est lui ou ce qui ne l’est pas. C’est l’adolescence dans la recherche de sa propre identité (vestimentaire, capillaire, etc.). Il se détache de ses parents et trouve un groupe qui lui ressemble ou auquel il ressemble. Les ondes Bêta sont les ondes de l’apprentissage, de la concentration. Mais des Bêta élevées signent le stress, la peur ou la panique. En tant que méditants réguliers, nos EEG témoignaient de cerveaux détendus : peu d’ondes Bêta élevées (les ondes de la concentration et de l’anxiété), beaucoup plus d’ondes alpha (les ondes de la relaxation) et une bonne quantité d’ondes Thêta (relaxation très profonde et hypnose) et d’ondes Delta (les ondes du sommeil). Les ondes Thêta et Delta nous donnant accès à notre inconscient.

EFT et cerveau droit

Il y a dix ans de cela, j’ai effectué un de mes premiers stages d’EFT avec Dawson Church, Donna Bach et Gary Groesbeck afin de démontrer l’effet de l’EFT sur notre cerveau. Un volontaire avait fait un EEG. Dans un premier temps, il lui a été demandé de simplement parler de sa situation : ses ondes cérébrales apparurent alors majoritairement à gauche et en Bêta. Mais dès qu’il commença à pratiquer l’EFT, toute son imagerie a changé en 30 secondes à peine : les ondes cérébrales étaient réparties à droite autant qu’à gauche et les ondes Thêta et Delta étaient présentes en bien plus grand nombre. Nous avons ainsi constaté en temps réel que la pratique de l’EFT nous donne accès à notre cerveau droit, nous permettant de faire des analogies que nous ne ferions pas en temps normal, et que l’EFT nous permet d’être plus étroitement liés à notre inconscient (ondes Thêta et Delta), nous ouvrant des portes et nous permettant de faire des liens. Combien de fois en séance entend-on “Je n’avais jamais fait le lien entre ces deux événements, ça me vient en vous parlant”. Une fois le lien établi entre une croyance ou un traumatisme ancien et un déclencheur actuel, la libération émotionnelle est plus rapide et facile. Cette expérience m’avait alors convaincue de l’efficacité de l’EFT.

Magique et scientifique

Pour revenir à cette expérience récente, nous accédions presque tous aux ondes Gamma après la pratique intensive de méditation et d’EFT durant la semaine ! Je me sentais plus connectée, détendue et en même temps très consciente. Et les pics de béatitude, de grand bonheur que je ressentais apparaissaient en vagues à l’écran. Imaginez comme il peut être impressionnant de voir son ressenti traduit en hertz sous vos yeux. Une expérience précieuse, également, car les sceptiques sont nombreux, et je figure en tête. Méditation et biologie Chaque fois que nous méditons, nous mettons notre cœur en cohérence. Le petit cerveau du cœur commande au cerveau de fonctionner de façon cohérente également. Durant tout ce temps de bien-être, nous créons en temps réel de nouvelles connections qui agissent sur notre biologie. Nous recâblons notre cerveau de sorte à voir le monde comme accueillant, soutenant, et nos capacités d'apprentissage et de perception se développent beaucoup plus largement. Nous créons en temps réel de nouvelles connections qui agissent sur notre biologie. Nous sommes vibration et fréquence : nous attirons ce que nous vibrons. Ainsi une pratique quotidienne de 20 à 30 minutes de méditation nous ouvre à des expériences de synchronicité et de guidance. Les changements extérieurs se font dès lors par l’intérieur. Non seulement nous attirons d’autres personnes et d’autres situations vibratoirement compatibles avec notre changement de fréquence, mais nous changeons aussi notre perception du monde extérieur. Grâce à notre machinerie extraordinaire (coeur/cerveau), nous pouvons avoir un impact sur notre biologie et notre réalité.

Une question ? Envie de prendre rendez-vous ? C'est ici