Liberté, j'écris ton nom !

Liberté, j'écris ton nom !
Liberté, j'écris ton nom !

La liberté… un idéal dont on parle beaucoup, mais qui est peut-être devenu un peu abstrait... Que pensez-vous de cette expression : « On a toujours le choix » ? “Ah mais oui, totalement !” “C’est tellement facile à dire” “C’est un fantasme complet…” Selon le dictionnaire, être libre, c'est agir selon ses propres choix. À quel point vous sentez-vous libre ? Exercez-vous pleinement votre liberté ? Nous nous sommes toutes et tous senti(e)s prisonnier(e)s d’une situation, d'un travail, d'une relation ou d'un lieu de vie…Quand nous ne sommes pas reconnu(e)s ou pas respecté(e)s, notre liberté semble se résumer à un choix binaire : rester ou partir ?

“Should I stay or should I go ?”

Généralement nous restons, jusqu'à ce que ce ne soit plus supportable. Alors nous partons “sur un coup de tête”, pour survivre.

Si ce départ nous permet de reconnaître nos besoins et modifier nos pensées, ce peut être un premier pas vers nous-même.
Si nous ne partons que pour fuir une situation dont nous étions victimes, il y a fort à parier que nous atterrirons à nouveau dans une situation où, une fois passée la lune de miel, nous comprendrons très vite que c'est à peu de choses près la même histoire qui se répète. Collègues méprisants, partenaire toxique...
Dès lors : en prenant la décision de partir, avons-nous réellement exprimé et exercé notre liberté ?

Comment fonctionnons-nous ?

Si nous partons sur un coup de tête, c’est sur une décision de nos hamsters (ces pensées qui tournent dans notre tête). Or nos hamsters vibrent selon les programmes téléchargés depuis notre toute petite enfance : « non-respect, non-reconnaissance », par exemple.
Ce sont nos pensées et nos vibrations qui nous ont menées à ce travail, à cette relation.
Si nous continuons à les laisser gérer, elles reproduiront la même réalité !

Einstein disait qu’on ne résout pas un problème avec le même mode de pensée que celui qui l'a engendré...
Un hamster ne peut pas changer un hamster. Il fait son job de hamster, pour lequel il a été programmé (avec nos peurs, pensées limitantes, etc.). Du moins jusqu'à ce qu'on lui demande de faire différemment. En changeant nos pensées et notre vibration, en suivant son coeur, nous changeons notre réalité.

La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons le faire sans fuir, en commençant par changer nous-même.
En réponse à nos changements, nos collègues ou notre conjoint(e) changent d'attitude.
Et sinon, nous pouvons décider de partir, mais… pas avant d’avoir fait évoluer notre vibration en sortant du pilotage automatique et en redonnant le pouvoir à notre cœur.

Les choix conscients que nous ferons alors seront une véritable expression de notre liberté.

Anthony de Mello, prêtre jésuite indien et psychothérapeute raconte :
un patient se rend chez son médecin qui lui diagnostique un certain nombre de maux.
Mais au moment de la prescription, le médecin note le nom de son voisin sur l’ordonnance.
Curieux, n’est-ce pas, de vouloir soigner le voisin plutôt que le malade, non ?
Et pourtant… N’est-ce pas ce que nous faisons tous les jours ? Tenter de changer le monde pour aller mieux ? Mais si nous ne sommes pas bien, c’est nous qui avons besoin du médicament, pas le voisin ! Le monde extérieur est un miroir de ce que nous avons encore à travailler.

« Having a mind that is open to anything and attached to nothing. »
« Avoir un esprit ouvert à tout et attaché à rien. »
Wayne Dyer

Comment faire pour évoluer ?

Utilisez la méditation et l’EFT :
Méditez 5 à 10 mn le matin pour trouver votre zone de détente.
Dans cet espace, invoquez votre meilleur futur. Puis ressentez-le pleinement, afin d’y habituer votre corps.

Dans la journée, utilisez l’EFT pour conscientiser vos choix, identifier vos pensées limitantes et choisir la confiance, la joie et la liberté.

Pour exercer pleinement notre liberté, nous devons faire des choix conscients. L’'EFT est l’outil idéal pour cela.

Proposition de rondes

Ronde 1 : “Même si je me sens limitée aujourd’hui dans mon emploi, je m’aime” ou “Même si je sens quelque chose de dissonant dans mon couple aujourd’hui, je m’aime.”
Ronde 2 : “Mon ou ma conjoint(e) me dérange, je me sens jugé(e), pas respecté(e). Je peux lui en vouloir et me sentir victime et en colère... Ou je peux utiliser cette situation pour travailler et avancer.
Quel est mon besoin ? (Bien veiller à poser la question à son coeur et non à son hamster). J’ai besoin d’être respecté(e). Est-ce que j’ai déjà essayé de dire mon besoin et d’entendre le besoin de l’autre ? Un compromis est-il possible ?
Comment est-ce que je me sens quand je décide d’exprimer mon besoin, plutôt que d’attendre que l’autre le devine ?”
Ronde 3 : “Je décide de reprendre mon pouvoir et ma liberté.”


PS : évidement ces cas ne visent pas les cas d’abus et de violence. Dans ces cas là, il est très important de trouver le courage de quitter ce lieu toxique et destructeur. C’est un premier geste d’amour pour vous.

Conclusion : Pour aller plus loin. Je viens d’avoir une discussion familiale sur la notion de liberté. Jusqu’où est-on libre ? Ma liberté s’arrête là où commence celle d’autrui.
D’après mon expérience, plus vous allez laisser votre coeur/votre pilote prendre les commandes, plus ce sera en parfait accord avec les autres, en tout cas, ceux qui vibrent comme vous.
Essayez !


« Être libre, ce n’est pas seulement se libérer de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. »

Nelson Mandela

Une question ? Envie de prendre rendez-vous ? C'est ici